tournées 2015/2016

 

Alice est en tournée…

OCTOBRE

le vendredi 2 octobre & samedi 3 octobre à la médiathèque de VILLENEUVE LOUBET (06) à 14h30

le mercredi 7 octobre à 9h30 et 16h FESTIVAL DE MARNE au THEATRE de Sucy en Brie (94)

le samedi 10 à 17h à ASPET (31)

le mardi 15 décembre à 10h et 14h30 à TEMPO de LEGUEVIN (31)

le 18 & 19 décembre au Petit Théâtre du Centre COLOMIERS

 

 

HISTOIRES A MANGER :

Médiathèque de LAVERNOSE le mercredi 21 octobre.

 

 

DARE D’ART  CREATION 2016 !

Avant premières :

 

Cave Poésie du mardi 27 octobre au samedi 7 novembre TOULOUSE (31)

AUDITORIUM Cayrou à COLOMIERS le vendredi 4déc à 9h30 et samedi 5 déc après midi (31)

 

 

ICH LIEBE DICH MOI NON PLUS au THEATRE MUNICIPAL de CASLELNAUDARY (11)

 

Le jeudi 26/11/15 à 20h30.

Ouverture du théâtre !

Vendredi 25/09 à partir de 18h à COLOMIERS… Venez assister au premier lever de rideau au Théâtre, 43 rue du Centre. accès GRATUIT. Spectacle de théâtre musical créé pour l’évènement par Christophe ANGLADE (comédien) Marlène MIES BOULET (comédienne) Emilie CADIOU (chanteuse) Thomas FIANCETTE (musicien) Diane LAUNAY (comédienne et chanteuse), Clément COMBES (créateur vidéo) Marc FAUROUX (metteur en scène) avec la complicité de l’équipe vaillante du Conseil d’administration !

Pour la programmation de ce lieu, rendez-vous sur l’onglet : Petit Théâtre du Centre. IN

À vous de jouer…! 2015 – 2016

Les créations


 

Adultes comédiens amateurs…

adultes2015-2
adultes2015Participez à une création théâtrale avec un metteur en scène professionnel.
Quelle que soit votre expérience, découvreurs ou initiés,  nous recherchons des hommes et des femmes aux personnalités contrastées, tous physiques bienvenus. Vous prendrez plaisir à  gérer vos émotions, projeter votre voix, créer des personnages. Répétitions pour le spectacle des comédiens (adultes amateurs) chaque jeudi soir de 20h15 à 22h15. Participation 38€/ mois d’octobre à juin – Adhésion 4€.  Paiement échelonné possible sur 12 mois = 28,50€ mensuels.
Parking assuré.

www.paradis-eprouvette.com
contact : 05 34 52 96 72
Compagnie paradis-éprouvette, conventionnée par la ville de Colomiers.


 

Enfants comédiens…

enfants2015
enfants2015-2Participez à une création théâtrale avec un metteur en scène professionnel.
Découvrez l’articulation, la diction, la respiration, le rythme (…) Créez en jouant à être un autre à l’aide de costumes, décors et accessoires. Nous recherchons des garçons et des filles aux personnalités contrastées, tous physiques bienvenus. Répétitions pour le spectacle des enfants-comédiens, chaque mercredi de 14h00 à 15h30.
Participation 38€/ mois – Adhésion 4€.

www.paradis-eprouvette.com
contact : 05 34 52 96 72
Compagnie paradis-éprouvette, conventionnée par la ville de Colomiers.

L’éprouvette, théâtre du Centre

Théâtre l’éprouvette-Naspe • ville de Colomiers

Accès : Bus 64 depuis Toulouse-Arènes arrêt Champagne – De Toulouse, nat.124 dir. Auch, sortie Colomiers n°3, prendre Cornebarrieu aux deux premiers ronds-points puis centre ville. Deuxième à droite : c’est l’allée de l’Aube. Suivre « Naspe », dépasser l’ensemble des immeubles puis prochaine rue à droite. Le théâtre se situe à l’arrière du stade de rugby.

Les cabines de plage

Colomiers quartier « En Jacca » à 19h30 MARDI 4 AOUT (accès fléché, libre et gratuit)

Textes et mise en scène Marc Fauroux

Avec Julie Caillebotte, Dominique Bru, Christophe Anglade, Marc Fauroux.
Production : Cie Paradis-Éprouvette/ Ville de Colomiers dans le cadre de « Un été un quartier »CABINES DE PLAGE IMAGE

Insolite ces cabines qui fleurissent au cœur du quartier. « Si tu ne vas pas au théâtre le théâtre vient à toi ! » annonce le metteur en scène Marc Fauroux.  L’art de rue s’adapte à tout ou presque,  le chien qui traverse l’espace, les bagnoles qui passent, tante Jacote qui éternue. Bref, approchez, vous verrez :- Un explorateur du quotidien, un papa poule qui invente des vacances de rêve, excursions inédites autour du salon.- Une mère hyper dépassée par les sceaux de sable et l’organisation de sa tribu en vacances.- Ceux qui préfèrent l’ombre au soleil.- Ceux qui haïssent l’été- Ceux qui bronzent toute la journée, coûte que coûte- Ceux qui « cet été on ne part pas on invente tout »- Ceux qui disent cet été « pourvu qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il se passe quelque chose ! ».Tous ces personnages inventent un théâtre insolite cocasse et décalé. Parfois la poésie s’invite « …il brille le sauvage été ! »
Spectacle suivi d’une projection ciné sous les étoiles.

MARATHON DES MOTS café littéraire jeudi 25 juin 2015 à 20h30

> Café littéraire avec Marc Fauroux

Marathon 2015 visuelAu programme : des lectures d’extraits des textes d’Annie Ernaux (Le vrai lieu, Gallimard) Virginie Despentes (Vernon Subutex, Grasset), Eugène Savitzkaya (Fraudeur, Minuit), Dov Lynch (Mer noire, Anacharsis), Valérie Zenatti (Jacob, Jacob, L’Olivier), Eugène Durif (L’âme à l’envers, Actes Sud) et Yannick Haenel (Je cherche l’Italie, Gallimard).

http://www.lemarathondesmots.com/evenements/cafe-litteraire-2015

Entrée libre et gratuite – dans la limite des places disponibles

> jeudi 25 juin 2015 à 20h30 à l’espace Victor Hugo à Saint-Jean

4 chemin du bois de Saget  Bus 75 : arrêt « Coteaux »

Vendredi 15 mai -Cabaret Mots Croisés- G Perec

« je me souviens que Johnny Halliday est passé en vedette américaine à Bobino, avant Raymond Devos, je crois même avoir dit un truc du genre : si ce type fait une carrière, je veux bien être pendu ».
Cette phrase de Georges Perec, échappée de son texte intitulé « je me souviens » déballe d’emblée l’art d’assembler des fragments de textes, de souvenirs, de cet auteur passionné de « mots croisés ».
PerecMOTS CROISES A voir à Cornebarrieu (31) ce vendredi 15 mai. Avec Christophe Anglade, Emilie Cadiou, Marc Fauroux.

Marie Didier

mardi 12 mai à 18h30

La librairie la Préface à Colomiers invite l’auteur Marie Didier pour son roman paru chez Gallimard (en 2015) : Ils ne l’ont jamais su.
Marie_DidierUne rencontre animée par Michèle Capdequi, libraire.
Lecture proposée par le comédien Marc Fauroux. (Cie Paradis Éprouvette)
Marie Didier a commencé à écrire en tenant un carnet de notes, dans lequel elle consignait son quotidien de médecin gynécologue exerçant dans les quartiers populaires de Toulouse, entre son cabinet, un dispensaire et les bidonvilles accueillant des « Gitans ». Travaillées, rassemblées, ces notes ont fini transformées en un premier récit, Contre-visite (Gallimard, 1988), « livre de la pauvreté et de la mort », écrivait-elle alors, mais aussi, et peut-être surtout, livre du mouvement et de la vie, ce qui était sans doute lié à son origine fragmentaire. Marie Didier n’a ensuite cessé de témoigner d’une préférence à l’égard de la forme courte – sans doute parce qu’elle se méfie de ceux qui se paient de mots, et qu’elle pèse chacun des siens, ce qui fait la force simple et tranquille de son écriture. Comme Contre-visite, tous ses textes (La Mise à l’écart, Le Livre de Jeanne, Dans la nuit de ­Bicêtre, Morte saison sur la ficelle et autres récits, Le Veilleur infidèle). LE MONDE DES LIVRES 17/04/15

Jacob, Jacob…

Le Lundi 27 Avril à la médiathèque de Quint-Fonsegrives

Lecture à 20h30

  • « Jacob Jacob » de Valérie Zenatti, éditions l’olivier 2015
  • « Fraudeur » d’Eugène Savitzkaya, éditions de Minuit 2015
  • « Mer noire » de  Dov Lynch, éditions Anacharsis 2015
  • « L’âme à l’envers » d’Eugène Durif,  éditions  Actes Sud  2015
  • « Je cherche l’Italie » de Yannick Haennel,éditions Gallimard, 2015
  • « Un parfum d’herbe coupée » de Nicolas Delessale, éditions Préludes, 2015

Médiathèque municipale, rue des coteaux, 31130 Quint-Fonsgrives

 Jacob

Littérature jeunesse !

Carte blanche offerte par le Centre Régional des Lettres de Midi Pyrénées aux éditions La Joie de lire.

chemin

Mardi 7 avril à 18h30 – Librairie Ombres Blanches
9 rue des Gestes – Toulouse – 05 34 45 53 37 – Entrée libre et gratuite

Rencontre avec Francine Bouchet, fondatrice et directrice des Éditions La Joie de lire
et les auteurs-illustrateurs Albertine, Germano Zullo, Laëtitia Devernay et Nicolette Humbert.

Rencontre ponctuée de lectures par Marc Fauroux (comédien) & Camille Artichaut (Clarinette) Compagnie Paradis-Éprouvette.

Spectacle Tombés de la nuit

A voir en famille ce dimanche (22 mars à 14h30) Spectacle Tombés de la nuit.  Hotel des chevaliers de St Jean à Toulouse (La Dalbade). Florilège de beaux textes sur le thème de la nuit, lus par Christophe Anglade. En complicité avec les musiciens Camille Artichaut et Emilie Cadiou. Mise en scène Marc Fauroux. Dans le cadre des semaines de la langue Française. (à partir de 7 ans, durée 55 minutes).tombés nuit

 

Semaine de la langue Française

Les comédiens amateurs des ateliers de la cie Paradis Eprouvette vous invitent : le samedi 21 mars à 11h (groupe adultes & groupe enfants) + séance supplémentaire à 15h pour les adultes au PAVILLON BLANC Médiathèque-Centre d’art, place Alex Raymond à Colomiers (accès libre et gratuit). Pour voir le texte cliquez sur « Marque page » ci-dessous.         Marque Page

Jongleurs de mots

mercredi 18 mars 2015 à 10h et 14h30 au Centre d’Art les Essarts - dans le cadre du Festival « scènes d’enfance » à Bram (Aude)

Jongleurs de mots.  Costumes et décors en papiers au service d’un florilège de textes sur le plaisir de la lecture- JP et TP +7a.affichejongleursdemotsA3DSC_0187 [800x600]

Lectures en mars…

Choix de romans publiés récemment.
Lectures et animation par le comédien Marc Fauroux.
Livres ivresSamedi 7 mars à 11h30 MEDIATHEQUE de CASTELNAUDARY (11) apéritif littéraire.
Samedi 14 mars à 10h MEDIATHEQUE de SEYSSES (31) petit déjeuner littéraire

Les feuilles d’Artichaut – Création 2015

 

L’Espace Croix Baragnon-Salle Bleue-Ville de Toulouse, le Printemps du Rire 2015, la Cie Paradis-Éprouvette-Ville de Colomiers, présentent :   “Feuilles d’Artichaut”

- Création -  Un solo théâtral et musical de Camille Artichaut. 

Écriture, mise en scène, scénographie : Marc Fauroux. D’après les improvisations de Camille Artichaut. 

Costumes : Agathe Ferraguti. Création sonore : Manu Cabrol (Studio La Face B), Ludovic Kierasinsky. Lumières :  Christian Moga. Son : Stephan Villieres. Graphisme : Guillaume Chuffart. Photo CamilleMontage vidéo : Fabien Rabeaux.

« Un artichaut monté en graine. Graine d’artiste polyvalent et talentueux, issu d’une famille de saltimbanques. Il dévoile dans ce solo à haut risque, comédie-autobiographique, une très belle galerie de personnages. Tous issus de son bestiaire personnel et familial. Il nous embarque dans sa quête d’identité. Deux pères. Une mère. Quelques secrets… 

Un grand tonton, ange des cabarets parisiens, Jean-Marie Rivière. 

De bonnes fées ses  »bonnes » sœurs… dont une certaine Juliette Binoche !

Artichaut bégaie, chante et joue de la clarinette comme personne. 

Est-il juif pour jouer de la musique Klezmer avec tant d’émotion ?

Pourquoi a-t-il un cœur d’artichaut ? 

Quel rapport entre Camille et le kitschissime, mais tant aimé, Luis Mariano ?

Entrez dans le conte d’Artichaut, c’est découvrir les doutes d’un garçon sincère, toujours sur le fil.

« Dégageant une énergie farouche il nous adresse un texte fort, qui fait de lui un acteur, témoin numéro un de sa propre histoire. Partez à l’écoute de ce musicien spirituel-et-drôle qui fait de lui cet artichaut merveilleusement humain. »  Marc Fauroux

Jeudi 19 mars & Vendredi 20 mars 2015 à 20h30. Espace Croix-Baragnon – Salle Bleue24 rue Croix-Baragnon 31000  TOULOUSE. Tél : 05 62 27 60 60 

Pour réserver, toutes les infos sur les points de vente http://www.printempsdurire.com/pointsdevente.php http://www.printempsdurire.com/programme.php

http://www.printempsdurire.com/salles-associees.php

Ce spectacle a bénéficié de l’aide en résidence de la ville de Colomiers et de la ville de Toulouse.

 

Cafés littéraires janvier 2015

Voici les livres sélectionnés pour les lectures à voix haute, de passages des ouvrages ci-dessous, en médiathèques (à Castelnaudary, Quint Fonsegrives…)

Laurent GAUDÉ « Danser les ombres » (Actes Sud) 2015
Vincent ALMENDROS « Un été » (Éditions de Minuit) 2015
Romain PUERTOLAS « La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel » (Le Dilettante) 2015

Virginie DESPENTES « Vernon Subutex, 1″ (Grasset) 2015

EXTRAIT :  Danser les ombres, de Laurent GAUDE aux éditions Actes sud :

«  Personne n’avait remarqué que les oiseaux s’étaient tus, que les poules, inquiètes, s’étaient figées de peur. Personne n’avait remarqué que le monde animal tendait l’oreille, tandis que les hommes, eux, continuaient à vivre.

Mais d’un coup, sans que rien ne l’annonce, d’un coup, la terre, subitement, refusa d’être terre, immobile, et se mit à bouger…

Durant trente-cinq secondes qui sont trente-cinq années…

 … À danser, la terre…

 … À trembler.

Ce n’est d’abord qu’un grondement, l’oscillation anormale des murs. Les hommes regardent les plafonds sans comprendre. Que se passe-t-il ?… Qui peut mettre un nom sur cela ? Les bouches s’ouvrent grandes, les yeux aussi. Ils suspendent leur phrase, leur main, leurs pensées. Ils regardent partout pour essayer de saisir ce qu’il se passe. Est-ce que ce vrombissement des murs, du sol, ne se produit qu’ici, ou dans tout le quartier ?… Est-ce que cela va durer ?… Les secondes passent mais elles semblent être dilatées à l’infini. Des bruits résonnent partout, étranges, et les hommes sont stupéfaits. Que se passe-t-il ?…

Et puis, la peur monte. Parce qu’ils comprennent. Partout où ils sont, les hommes n’ont pas encore nommé ce qui se produit mais ils comprennent le danger. La terre n’est plus terre mais bouche qui mange. Elle n’est plus sol mais gueule qui s’ouvre. À 16h53, les rues se lézardent, les murs ondulent. Toute la ville s’immobilise. Les hommes sont bouche bée, comme si la parole avait été chassée du monde. Trente-cinq secondes où les murs se gondolent, où les pierres font un bruit jamais entendu, jamais ressenti, de mâchoire qui grince.

Hommes, ce qui est sous vos pieds vit, se réveille, se tord, souffre peut-être, ou s’ébroue. La terre tremble d’un long silence retenu, d’un cri jamais poussé.

 Hommes, trente-cinq secondes, c’est un temps infini et vos yeux s’ouvrent autant que les crevasses qui lézardent les routes et les murs des maisons. En ce jour, à cet instant, tous les oiseaux de Port-au-Prince s’envolent en même temps, heureux d’avoir des ailes, sentant que rien ne tiendra plus sous leurs pattes, et que, pour les minutes à venir, l’air est plus solide que le sol.

 Qui choisit les immeubles qui tiendront et ceux qui crouleront ? Qui choisit le tracé sinueux de la mort ? Qui décide que Pacot sera épargné et Fort-National défiguré ?

 Là où la terre a faim, les poteaux électriques s’effondrent et les murs s’écroulent. Là où la terre a faim, les arbres sont déracinés, les voitures aplaties par mille objets carambolés. Là où la terre a faim, ce n’est que désastre et carnage. Le sol ouvre sa gueule d’appétit. Il n’y a pas de sang parce que tout est dissimulé par un grand nuage blanc qui monte lentement du sol.

 Des quartiers entiers dévalent la pente comme un torrent de béton et finissent dans le bas de la ville, embouteillage de tôles froissées et de murs en morceaux, rayés de la carte, broyés dans le creux d’une main qui n’existe pas. »

(Si l’éditeur ou l’auteur l’exige, nous retirerons cet extrait sur simple demande, notre souhait étant le partage de bons tuyaux le lectures !)